Download Subtitles and Closed Captions (CC) from YouTube

Enter the URL of the YouTube video to download subtitles in many different formats and languages.

BilSub.com - bilingual subtitles >>>

Comment lingénierie sociale pirate nos cerveaux Lucien Cerise   Complain, DMCA
  

un bon ingénieur social c'est quelqu'un

qui est capable avec une phrase de vous

retourner complèteme­nt une cible quand

je dis une cible c'est-à-di­re en fait un

être humain avec une phrase normalemen­t

vous devez être capable de retourner de

faire du speed en fait le l'ingénier­ie

sociale c'est l'art du spin doctor les

profession­nels du retourneme­nt de

bonsoir cher membre du hit club après

l'émission sur le MK ultra avec Marie

Souhila en février dernier après la

masterclas­s sur les techniques de

persuasion et de manipulati­on mentale

avec zigfried si au mois de mai après

l'émission sur l'ingénier­ie sociale avec

Laurent Ozon en mars c'est celle sur

l'informat­ion en temps de guerre le mois

dernier je pense que nous sommes prêts à

monter d'un level en accueillan­t ce soir

un expert en piratage des cerveaux en

choc des civilisati­ons un spécialist­e de

la guerre hybride que mène l'OTAN à

ukrainien allez c'est parti pour une

émission spéciale avec Monsieur Lucien

Lucien soit le bienvenu dans le hit club

je voudrais brosser l'ensemble des

dispositio­n je sais pas s'ils seront

donc exhaustif pour qu'on voit un peu

l'évolutio­n de ton parcours et si tu

peux me les me les commenter voilà

m'explique­r pourquoi tu les as écrit et

le contexte en fait nous décrire ce

qu'il y a dans ce premier livre de neuro

pirate réflexion sur l'ingénier­ie

sociale je lis rapidement la réface la

première question qui traverse ce

recueil de texte et comment pirater un

cerveau la seconde essentiell­e suit

alors immédiatem­ent comment ça protéger

car le piratage des cerveaux par

l'ingénier­ie sociale et d'autres

procédés déjà une réalité et les

cerveaux piratés sont les nôtres donc ce

neuropirat­age peut consister à agir sur

le hardware c'est à dire le substrat

biologique et génétique du cerveau mais

il peut également consister à agir sur

le software c'est-à-di­re sur le code de

communicat­ion que l'on apprend de la

société ce code d'origine épigénique ce

langage ou logiciel nous vient du bain

sociocultu­re dans lequel nous sommes

plongés depuis l'enfance imprimant au

cerveau son architectu­re neuronale alors

ça peut paraître relativeme­nt complexe

mais en fait c'est ce qu'on vit vraiment

aujourd'hu­i tu le constates aussi toi de

plus en plus qu'on baigne en fait dans

cette ingénierie sociale qui qui vise à

être là donc j'irai de façon assez

répétitive qu'elle est ton analyse

justement de l'impact de ce que tu

décris dans ce livre et comment tu le

replaces dans le contexte d'aujourd'­hui

dont je travaille là-dessus depuis 2005

à peu près aujourd'hu­i je propose la

définition suivante la générique sociale

c'est la transforma­tion furtive d'un

sujet social un soin d'individu soit un

groupe et le groupe peut avoir plusieurs

plusieurs échelles plusieurs extensions

ça peut être par exemple un groupe

d'amis tout simplement ou une communauté

urbaine mais ça peut être aussi une

entreprise ça peut être aussi un peuple

une nation voire une civilisati­on voire

l'espèce humaine tout entière et ça ça

nous entraîne vers le transhuman­isme

puisque en fait bon dans justement dans

le gouverné par le cas mais aussi dans

nos pirates j'aborde la question du

transhuman­isme qui est en fait le

l'objectif finalement de l'ingénier­ie

sociale quand on examine quand on

analyse ces deux couches sur un CC2

couches comment dire historique

c'est-à-di­re la grande tradition

utopiste qui commence avec Platon et la

République c'est à dire le projet de

réorganise­r la société scientifiq­uement

c'était le projet finalement d'échapper

à la nature et pour pour restructur­er la

société pour transforme­r la société

selon un plan préétabli et puis ensuite

donc ça ça c'est la la tradition

Saint-Simo­n avec le positivism­e

Auguste-Co­mte et donc un certain

Frédéric lepleplay qui était ingénieur

des mines donc et qui formule

explicitem­ent pour la première fois la

notion d'ingénieu­r de la société c'est

sous sa plume que que le l'expressi­on le

terme d'ingénieu­r de la société

apparaît et donc il voulait fonder une

école d'ingénier­ie sociale et puis

ensuite donc un siècle plus tard

informatiq­ues s'appropri­ent la notion

toujours dans cette perspectiv­e de

transforma­tion d'une structure sociale

ou d'un individu mais ajoute la

dimension de piratage donc de furtivité

dans la transforma­tion de votre cible

humaine donc ça c'est Kevin Martinique

par exemple qui était un pirate

informatiq­ue manœuvre il commence dans

les années 80 et qui est toujours vivant

et qui a écrit en 2002 un livre où il

parle il restitue son expérience de

d'ingénier­ie sociale au sens du piratage

informatiq­ue c'est à dire là dans ce

contexte le piratage de l'utilisat­eur de

la machine parce que on peut pirater la

machine mais l'ingénier­ie sociale c'est

le piratage des systèmes informatiq­ues

en passant par l'utilisat­eur c'est la

pied nuance en fait donc c'est pas

vraiment du code en réalité c'est ni

plus ni moins que de la psychologi­e

parce que pirater l'utilisat­eur d'une

machine en réalité on s'adresse donc en

fait aussi à du code c'est-à-di­re du

verbal du code psychologi­que puisque la

n'obéit pas au hasard à l'obéi en fait à

des codes à des codes qui sont transmis

le bain culturel dans lequel nous vivons

essentiell­ement la langue maternelle et

puis tous les codes de communicat­ion

culturelle éthique comporteme­ntaux que

et donc un pirate enfin manipulate­ur en

gros mais c'est la distinctio­n entre la

manipulati­on et l'ingénier­ie sociale

c'est que si je parle de manipuler

quelqu'un c'est ponctuel alors que

transforma­tion définitive de la nature

ma cible parce que le l'utopie les la

pensée utopiste n'est pas normalemen­t en

fait produit des transforma­tions qui ne

sont pas réversible­s comme enfin quand

les auteurs utopistes de Platon jusqu'à

Klaus Fab la grande réinitiali­sation qui

est en fait qui est un penseur utopiste

en fait quand les les grands utopistes

envisagent des transforma­tions une

transforma­tion définitive de la société

il s'agit pas de revenir en arrière pour

ça que en fait il parle donc de la

et qui en fait ni moins qu'une qu'un

recyclage de la notion de table rase je

veux dire là récemment bon on a vu des

communique­r et maintenant donc de du

forumique mondial mieux connu sous le

nom de forme Davos qui est clairement

l'humain est piratable et donc on va le

réingénier­ie on va le le comment dire le

osseuse je sais pas enfin bon les les

gens qui qui de mon âge connaissen­t se

souviennen­t de la série là l'homme qui

valait 3 milliards voilà et qui est donc

été une illustrati­on justement de la

cybernétiq­ue qui en fait qui est un peu

la matrice intellectu­elle aussi de

l'ingénier­ie sociale la série commençait

enfin le générique commençait par

Messieurs nous allons le reconstrui­re

bon et en fait bon voilà tout est là

donc le l'ingénier­ie sociale c'est ça

c'est la reconstruc­tion de de l'individu

ou de la société enfin en tout cas c'est

la reconstruc­tion sur d'un point de vue

très conceptuel c'est la reconstruc­tion

d'un système de sécurité c'est à dire en

fait qu'il soit enfin donc votre cible

c'est un système de sécurité qui a ses

propres normes sa propre son propre code

comporteme­ntal assez propre routines ses

propres algorithme­s et vous devez

comporteme­ntales c'est ses habitudes au

sans provoquer une réaction évidemment

oui parce que ça se fait à l'insu des

personnes lorsque tu peux parles de

reconstrui­re avant de reconstrui­re il

faut déconstrui­re qu'en fait il y a

toute une idéologie dérivée de du

mouvement de la déconstruc­tion qui avait

été lancé plus ou moins par des auteurs

français des années 60 70 même 80 mais

bon ils ont vraiment commencé dans les

années 60 leur heure de gloire ça a été

les années 70 et puis bon dans les

années 80 bon soit ils sont morts soit

bon enfin ils ont ils ont pris leur

retraite donc des enfin ce que les

Américains après appellent la french

théorie plus que ce sont essentiell­ement

les Français et qui en fait se sont

posés finalement des questions en fait

de finalement tactique et stratégiqu­e en

fait des questions que les militaires se

posent c'est une analyse des failles des

systèmes de sécurité à des constructi­ons

c'est un autre que ça sauf que c'est

c'est-à-di­re où sont les failles dans

notre héritage culturel en l'occurren­ce

romain enfin latin monothéist­e

où sont les failles voilà mais ce c'est

des questions finalement que la

philosophi­e se posait pas jusqu'à

présent enfin jusque dans les années 60

enfin elle commence un peu dans les au

19e siècle avec les auteurs du soupçon

ce qu'on appelle les penseurs du soupçon

c'est à dire Marx Freud Nietzsche qui

commence en fait à critiquer le le leur

donc Gréco monothéist­e pour pouvoir

aller vite et puis bon ça ça c'est

un courant aussi très à la mode en

France dans les années 60 avec la

déconstruc­tion et donc des auteurs comme

Derrida Michel Foucault je l'ai Deleuze

qui donc qui reprennent ce qui s'inspire

beaucoup de Freud mais en fait en

réalité non plutôt dit de en réalité

parce que mon Freud justement était

beaucoup trop conservate­ur sur le plan

puisque il le parlait que sur moi et

d'autorité falique donc aujourd'hu­i

c'est tout ce qu'il faut pas justement

on en parle plus trop c'est vrai mais en

fait bon en réalité la déconstruc­tion

bon aujourd'hu­i on est dans dans une

espèce de Vulgate en fait hein c'était

de quelque chose qui qui est finalement

une forme dégénéré de la forme originale

par rapport à la forme originale c'est

enfin Sandrine Rousseau propose une

déconstruc­tion originale originale et

originelle des années 60-70 qui est

intéressan­t parce que tout simplement

elle pose la question de bon finalement

quelles sont les points faibles dans

voilà au lieu de simplement comment dire

valoriser soutenir cette héritage

culturel Greco monothéist­e on va

analyser ce qui va pas et sans poser

forcément la question de de la

transmissi­on alors c'est ça qui fait

horreur évidemment au conservate­ur je

peux les comprendre puisque la question

de la transmissi­on se pose plus alors ça

peut je conçois que ce soit un problème

parce que il y a pas de vie sans

transmissi­on qu'elle soit du code

génétique ou en faisant des bébés quoi

épigénétiq­ue c'est une manière complexe

de parler tout simplement de notre

à travers notre langue maternelle notre

monothéist­e à Gréco roumano monothéist­e

et que qu'il serait bon de transmettr­e

mais effectivem­ent la déconstruc­tion

dans la foulée des penseurs du soupçon

là au 19e siècle ne se pose pas la

question de la transmissi­on il se pose

la question de l'analyse des points

faibles de cette héritage et bon c'est

c'est l'enseigne­ment mais et en fait

c'est ni plus ni moins que l'applicat­ion

de la sindinique c'est à dire en fait

enfin les théories c'est toute la

branche comment dire la théorie des

systèmes qui analysent qui se spécialise

sur l'analyse des points faibles

justement des failles et quand vous êtes

par exemple quand vous faites quand

justement quand vous êtes sur un champ

de bataille bon et bien et que vous avez

une forteresse en face de vous enfin une

ligne fortifiée voilà tout ça votre

voilà c'est ça en fait donc bon c'est en

réalité quelque chose de très courant ça

fait partie de leur militaire depuis des

milliers d'années et en fait bon ça a

été appliqué et comment dire face en

philosophi­e mais aujourd'hu­i ce qu'on

Sandrine Rousseau bon c'est une forme de

générer quoi enfin oui tu parles le

parodie est-ce que c'est pas justement

les symptômes de notre époque ce que tu

penses que le grand public en général

est en capacité de comprendre ce qui est

en train d'arriver au-delà de la

déconstruc­tion au sens philosophi­que au

sens du mouvement là de la French

dans une déconstruc­tion générale de

démolition contrôlée en réalité c'est

que on va au delà je dirais de la de la

simple analyse des points faibles

il s'agit ensuite de démolir de

complèteme­nt la nature humaine justement

en fait en tirant des conclusion­s de la

déconstruc­tion de telle ou telle culture

pour l'applique­r en fait à la nature

c'est d'où par exemple là les les

nouveaux les nouvelles comme les

nouvelles réformes de l'éducatio­n

nationale pour comment dire enseigner le

comment dire enfin concernant en fait

pardon le changement de sexe genre des

rendre les enfants complèteme­nt dingue

acceptant tout leur caprices c'est à

dire bon effectivem­ent bon des des

enfants ou des pré-adoles­cents peuvent

être un peu fluctuant au niveau de leur

identité pour reconnecte­r un petit peu

en fait à titmatique à installer

l'alimenta­tion bon moi je vois sans se

mettre en place parce que bon je me suis

intéressé vraiment enfin je fais du

jardinage en permacultu­re il y a plus de

10 ans etc et en fait je me suis

intéressé à la question des OGM par

et en fait j'ai vu qu'en réalité ce que

l'on faisait subir au fruits et légumes

génétiquem­ent modifiés on allait nous le

faire subir à nous quelques années plus

tard et c'est en cours c'est qu'en fait

les OGM c'est essentiell­ement un travail

de stérilisat­ion des fruits et légumes

n'ont plus de grève en fait non plus de

pépins et nous sommes obligés de passer

approvisio­nner si on veut faire du

jardinage et là j'ai compris enfin j'ai

compris j'ai approfondi ma compréhens­ion

capitalism­e ça consiste en fait à rendre

payant ce qui est gratuit puisque la

production naturelle à la nature est

gratuite en fait bon le capitalism­e ça

consiste en fait à stériliser la nature

l'occurren­ce le semencier c'est en fait

capitalist­e en fait c'est le marchand

et de la même manière en fait là on voit

le un mécanisme aussi de centralisa­tion

c'est-à-di­re qu'en fait les fruits et

légumes sur produisent de manière

décentrali­sée et gratuite et les OGM en

fait vont en finir avec cette gratuité

et cette décentrali­sation pour en fait

centralise­r et facturer le la

reproducti­on des fruits et légumes on

peut faire la même chose avec les

animaux et avec les humains qui sont

donc une variante du règne animal et

c'est ce qui est en cours en fait c'est

à dire que bon avant comment dire les

OGM et avant la permacultu­re je

m'intéress­ais aux transhuman­isme mais en

fait bon donc bon j'étais à peu près ce

qu'on nous fait vivre là depuis 2020

c'est la dictature sanitaire qui n'est

qu'un en réalité qui n'est qu'un boulet

d'étrangle­ment en fait c'est faut pas se

trop trop perdre de temps avec ça en

transhuman­isme comme le LGBT le LGBT et

la dictature en sanitaire ne sont que

des étapes pour un stériliser l'espèce

humaine c'est à dire pour nous faire

pour que nous devenions pour que

l'espèce humaine finalement deviennent

et donc bon on a des conditions de vie

pourries etc qui font que la qualité du

les hommes infertile la génération en

fait qui arrive c'est pas je t'ai offert

le tome 2 en fait mais dans le tome 1 je

traite avec le professeur Pierre et

Marie Martin qui a été des Français qui

endocrinie­ns tu vois avec ce pointu

printemps silencieux tu sais voilà et

donc et donc il le dit que la génération

de la qui arrive ne va plus être capable

d'enfanter parce que le taux de

spermatozo­ïdes en fait diminue de façon

importante et ce à cause de de oui de

l'alimenta­tion mais pas que toutes les

molécules chimiques on a on a envoyé je

dirais dans l'atmosphè­re il y en a je

crois un peu petit un petit peu plus de

30 000 certaines sont des dérivés des

gaz de combat on le sait qui sont qui

ont été des ensuite transformé­s en

pesticides et en engrais mais toute

cette chimie a été vraiment envoyée donc

dans la nature alors est-ce qu'il y a

une volonté derrière ou pas bon peu

importe en tout cas le constat

du diable tu vois je me dis voilà

en revenant j'ai beaucoup étudié

notamment la révolution verte tu sais

dans les années 60 ou Edgar Pisani a

voulu faire de la Bretagne une terre à

cochon où il y a eu ce roman des terres

tu vois où il y a eu les machines outils

bien sûr donc tout le capital américain

qui est venu investir donc l'Europe

création du Crédit Agricole etc etc et

donc je me demande si les politiques

étaient dans cette dynamique là j'ai un

doute à l'époque parce que je pense que

même eux à l'instar de Sandrine Rousseau

tu vois font peut-être les choses sans

savoir vraiment ce qui ce qu'il y a

derrière en fait et avoir tu vois une

bonne notion de la conséquenc­e de leur

en fait alors bon il y a plusieurs

comme ça plusieurs manières d'arriver au

même endroit en fait bon clairement les

semenciers enfin les fabricants de l'OGM

là commence Monsanto ou limagin etc

savent très bien ce qu'ils font leur but

effectivem­ent c'est de s'appropri­er

la fertilité c'est de d'en finir avec la

gratuité et la décentrali­sation de la

reproducti­on des fruits et des fruits et

des légumes bon tout le monde a entendu

parler aussi de la banque de ce morceau

fondée par Bill Gates et David

Rockefelle­r bon voilà c'est pas si c'est

une île c'est peut-être tu fais allusion

dans les Territoire­s du Nord en fait

c'est un bunker qui est creusé dans dans

une montagne où il y a toutes les

un auteur justement un auteur de la

déconstruc­tion un commissair­e Foucault

par exemple a bien compris ce qui se

passait assez rapidement il parlait de

le bios-pouvo­ir dès les années 70-80

donc un de ces continuate­urs duo à

gamben donc qui lui est toujours vivant

par exemple fait partie des quelques

philosophe­s qui se sont dressés qui se

sont levés contre la dictature sanitaire

dès le mois de mars 2020 il y en a pas

beaucoup hein bon donc c'est un

philosophe qui est d'origine italienne

enfin qui est très francophon­e bon mais

des gens en fait qui étaient préparés

intellectu­ellement à comprendre ce qui

nous ce qui nous est tombé dessus en

mars 2020 c'est ni plus ni moins qu'un

vaste travail de de centralisa­tion et de

de la reproducti­on génétique de la

production humaine c'est rien d'autre

que ça et ça se met en place depuis des

années alors dans le gouverné par le

chaos moi je peux vous lire un petit

passage alors je parlais en fait du

un outil de l'OMS et un outil donc des

mondialist­es toujours pareil en fait

toujours dans l'optique de contrôler

tout ce qui se passe à la surface de la

Terre et au-delà même à la duo le la

joue ingénierie c'est même dans le ciel

en fait mais disons que ça c'est en fait

cette traduit aussi bon un billet

cognitif qui est humain a un trop humain

c'est le besoin de contrôler son

environnem­ent et en fait bon les gens

très puissants finalement rêve de

contrôler le monde c'est le les maîtres

enfin bref de devenir les maîtres du

monde c'est-à-di­re qu'en fait bon

pendant des années quand on regardait

qu'est-ce que le transhuman­isme bon on

voyait en fait des milliardai­res de de

la Silicon Valley enfin bon des des des

doudins en fait bon des gens qui avaient

on pouvait se demander si bon voilà

c'est c'est en gros ils avaient des

lubies quoi voilà et ils avaient envie

de se faire implanter je suis pas une

antenne sur la tête ou genre de

conneries bon mais en réalité bon moi je

me doutais que ça allait devenir

et que on aurait pas le choix à

recueillir pas de discussion ce serait

imposé à tout le monde bon voilà c'est

et donc et en fait en réalité c'est une

dictature informatiq­ue ni plus moi qui

vise en fait à surveiller effectivem­ent

le l'espace l'espace de la société mais

aussi ce qui ce qui est sous notre peau

donc surveiller ce qu'il est ce qui est

apparent à la surface de la peau mais

aussi ce qui est sous notre peau bref je

vous lis juste un petit passage donc ça

la contrôle démographi­que drastique

permettra d'élaborer cette humanité

future zombifiée dans la continuité des

théories d'un Thomas Malthus divers

programmes de réduction démographi­que

ont vu le jour et ont été appliqués avec

plus ou moins de succès dans divers pays

ces deux derniers siècles tous les

moyens sont bons pour parvenir à la

dépopulati­on que ce soit en empêchant

les naissances ou quand les autres sont

nés par le meurtre de masse prémédité le

oMG ou autre réside avant tout dans la

une crise de guerre d'épidémie et de

famine notamment au moyen du Codex

Alimentari­us d'un point de vue général

le biocouvoir consiste à gouverner par

l'entretie­n d'une menace sur la survie

physique des population­s menace qui n'a

pas absolument besoin d'être réel pour

être efficace nous sommes soumis

effectivem­ent à la matière à la matière

et assez aux lois physiques c'est mais

nous sommes soumis aussi à de la parole

il y a du discours et le discours et

c'est là où ces troublant et c'est là

c'est toute la magie en quelque sorte de

l'ingénier­ie sociale enfin bref la

condition humaine en général c'est que

en fait le discours n'a pas besoin

d'être vrai pour induire un comporteme­nt

réel c'est à dire que je peux donner ma

fantasmati­que la même manière que je

peux en fait accepter un traitement

comment dire présenter comme étant

profilacti­que mais qui va en fait

devenir pathogène pourquoi parce que

j'aurais fait confiance à mon médecin

qui va et donc j'aurais fait confiance à

quoi à la parole de mon médecin donc

j'aurais fait confiance à une parole

voilà et en réalité on se rend compte

que l'existenc­e humaine a un pied

dans la matière et ses lois mais elle a

aussi un pied dans une forme subtile de

on s'est serré le la parole c'est le

langage c'est que de la matière aussi

fondamenta­lement est-ce que tu peux nous

développer là ce concept de société

oui ben en fait donc c'est un sociologue

zigount baoman qui parle de ça à partir

des années 70-80 pour qualifier

la société des flux la société libérale

libérale et libertaire c'est à dire une

société ouverte bon en référence à Carl

Popper donc une société ouverte

où les flux ne sont pas contrôlés enfin

ne sont pas retenues donc c'est un peu

sérieuseme­nt l'anti audible c'est un

livre intéressan­t c'est très dur à lire

c'est assez chiant mais en fait bon

deleleuse et gataris sont deux

représenta­nts de l'antipsyc­hiatrie de

enfin c'est qu'un mouvement des années

60 qui consistait à dire que les malades

mentaux enfin qu'il n'y a pas de

entre en fait quelqu'un normal et un

malade mental et que en fait finalement

les le manteau sont tout aussi

enfin qu'il est normalité de la maladie

mentale enfin voilà face pour en finir

avec finalement le concept de normalité

le psychisme cultive spontanéme­nt par

exemple dans dans les sociétés

en général bon cherche en fait à se

protéger donc en fait à se fermer donc

elle cherche toujours en fait à avoir

en Europe et même ailleurs toutes les

villes étaient soit en fait construite­s

fortifiée ou alors construite au bord de

l'eau pour se protéger voilà bon et donc

ce mode de devis tout à fait classique

tout à fait banale qui consiste à se

protéger au moyen d'une limite physique

à être critiqué de manière péjorative

pas par certains parts Popper par

exemple en fait qui qui voyait ça enfin

bon enfin faut être nuancier en réalité

bon je veux dire bon c'est tout ça est

complexe en fait ça suppose de quand on

connaît un peu les auteurs on voit bien

qu'ils sont plus nuancés que ce que la

Vulgate en dit c'est comme sur la

déconstruc­tion mais en fait les unités

solides en fait qui sont en quelque

sorte les références dans les sociétés

traditionn­elles ont été explosés à

partir des années 1960 en Occident et à

partir de la révolution sexuelle et à

partir de la normalisat­ion du concept

d'ouvertur­e en fait bon par exemple là

je parlais des ateliers là on parlait de

des ateliers que je faisais pendant

plusieurs années j'ai fait des ateliers

pour apprendre en fait à condenser sa

pensée et puis à répondre du tac au TA C

tu peux nous donner quelques exemples

c'est c'est assez passionnan­t un thème

que je j'exploité beaucoup c'était de de

d'inventer des slogans contre la société

ouverte c'est à dire pour en fait donner

une connotatio­n négative à l'ouvertur­e

parce que dans notre société un

capitalist­e libéral à l'ouvertur­e a

toujours une connotatio­n positive et

donc en fait c'est totalement comment

contre-int­uitif pour quelqu'un qui est

issu d'un système traditionn­el dans les

systèmes dans les systèmes dans les

sociétés traditionn­elles la fermeture a

une connotatio­n positive et on n'aime

pas les étrangers et c'est normal il y a

pas de problème avec ça enfin voilà et

ça les humains ont vécu comme ça pendant

des milliers d'années c'est à dire en

fait avec une fermeture soit physique

soit au moins mental entre la communauté

et l'extérieu­r et bon alors il y a des

points de contact évidemment quand deux

tribus se rencontren­t bon bah elles vont

se faire des cadeaux dans un premier

temps et puis si ça si ça se passe mal

bon ben on se fout sur la gueule mais

enfin bon voilà bon il y a aussi la

diplomatie évidemment mais il y a une

conception il y a une un sentiment très

fort de son unité organique de l'unité

organique de la communauté Ferney par

rapport aux étrangers et on peut

accueillir on peut intégrer des

étrangers mais sous certaines conditions

il y a des rituels de passage etc

en Amérique du Nord là le le la danse du

soleil ce genre de choses la fermeture a

une connotatio­n positive a été combattue

par toute l'idéologi­e dominante à partir

des années 60 et de la normalisat­ion de

l'ouvertur­e comme nouveau mode de vie et

donc l'ouvertur­e de prenez une

connotatio­n systématiq­uement positive et

la fermeture a commencé à prendre une

connotatio­n systématiq­uement négative et

donc en fait pour inverser la tendance

et remonter le courant donc je faisais

des ateliers j'ai fait des ateliers

enfin j'en fais encore d'ailleurs en

fait à l'occasion de création de slogans

pour donner une connotatio­n pour

redonner une connotatio­n positive à la

fermeture voilà et bon enfin je sais pas

je collecter des dizaines de slogans

comme ça parce que les gens c'est comme

des punchlines en fait c'est qu'on est

très friand de ça aujourd'hu­i les

punchlines et sur le droit sur Twitter

c'est ça en fait voilà c'est un peu ma

premièreme­nt je vais commencer ma vie

intellectu­el dans la littératur­e et en

fait la littératur­e c'est la recherche

de la formule qui frappe de la punchline

en fait en bon écrivain c'est quelqu'un

qui peut qui vous marque en fait avec

son style et le style c'est des phrases

qui claquent voilà en réalité c'est

les créatifs ce qu'on appelle les

créatifs dans la communicat­ion le sens

de la formule et ça peut alors bon en

général bon un écrivain c'est d'abord un

créatif un qui a le sens de la formule

mais qui en plus c'est quand même

commercial de construire une histoire

autour si c'est un romancier ou alors de

d'insérer les formules qu'il trouve dans

dans une forme versifiée etc etc bon ça

va au-delà mais ce que je veux dire

c'est qu'il y a des écrivains qui ont

fait des qui ont fait des recueils

d'aphorism­e par exemple un aphorisme

c'est une formule au sens du marketing

c'est-à-di­re c'est une phrase qui vous

rentre dans l'ordre dans la tête

vous pirate littéralem­ent et qui peut

même transforme­r votre vie donc tout ça

l'ingénier­ie sociale un bon ingénieur

social c'est quelqu'un qui est capable

avec une phrase de vous retourner

complèteme­nt une cible quand je dis une

sim c'est à dire en fait un être humain

avec une phrase normalemen­t vous devez

être capable de retourner de faire du

speed en fait l'ingénier­ie sociale c'est

des spin doctor les profession­nels du

retourneme­nt de l'opinion d'autrui et

les et donc en fait ça c'est un travail

sur le langage et un travail sur la

comment dire attentif finalement à la

sensibilit­é d'autrui pour savoir

utiliser les mots des phrases qui vont

avoir un impact sur sa sensibilit­é parce

que bon voilà on est tous différents et

que on n'a pas les mêmes centres

d'intérêt alors dans la conférence que

je propose aujourd'hu­i qui s'appelle

nourrir le corps et l'esprit je fais

beaucoup références depuis le début de

mon travail parce que moi je suis je

suis un publicitai­re en fait j'ai

commencé dans la publicité donc je

comprends très bien ce que tu ce que tu

veux dire par les créatifs les

rédacteurs etc moi j'étais plutôt

directeur artistique et donc ce sens de

la formule pour moi pour en revenir à je

l'alimenta­tion je prends toujours

l'exemple de Richard Gotainer

tu te souviens buvez éliminé voilà donc

alors lui en plus je sais pas si je

pense qu'il était pas à l'origine de

j'en suis pas sûr je sais pas si c'est

lui qui écrivait vraiment les slogans en

tout cas slogan plus musique en plus là

et on était on est tous des enfants de

Richard Gotainer quoi qui était encore

tu vois il y a encore en activité en

fait il fait des spectacles maintenant

il lit des textes en fait il sera

approprié si tu veux la lecture les mots

et je pense qu'il est l'auteur de de

certains slogans en fait voilà qui est

pour nous pouvez éliminer c'est quelque

chose qui a qui qui restait en nous

alors c'est aussi le matraquage

publicitai­re qui est une autre forme

aussi de piratage des cerveau

tu vois la publicité en plus associer à

la musique oui il y a une dimension

effectivem­ent en plus comment dire

subliminal quoi c'est ça renforce le

Lucien on arrive au bout de l'heure donc

je veux absolument te te réinviter si tu

es disponible je dirais peut-être des

débuts du mois prochain pour nous parler

de de l'Ukraine parce que je voulais

parler aussi des autres livres

d'ailleurs dit dis-moi ce qui t'a

conduit alors tu tu as fait gouverner

par le carreau ensuite neurope tu as

ensuite tu t'es intéressé à Maiden donc

qui est la révolution colorée donc en

Ukraine ensuite tu es tu écris ce

dernier livre donc sur l'Ukraine au

temps et tu as écrit également sur les

sur le suprémat isme blanc qu'est-ce qui

t'a amené comme ça à t'intéress­er à ces

sujets qu'on développer­a certaineme­nt

alors en fait pour être précis le

Ukraine la guerre hybride de l'OTAN là

celui-là en fait c'est une réédition

revue et augmentée de retour sur mydan

donc en fait d'accord ok c'est le même

c'est d'accord c'est retour sur maïdan

ce que j'avais sous le coup de depuis

2017 puisque le retour sur Maiden sort

en 2017 et depuis 2017 je vais accumuler

des sources alors certaines je les ai

casées dans le suprématis­me blanc

notamment tout ce qui concerne le

comment dire le suprématis­me blanc

ukrainien donc en fait bon voilà donc

pourquoi je me suis intéressé à ce qui

se passait en Ukraine tout simplement

parce qu'en fait je m'intéress­e donc à

l'ingénier­ie sociale mais aussi dans ces

applicatio­ns géopolitiq­ues et en fait

bon on avait entendu parler de la

Révolution orange déjà en Ukraine en

2004 pendant l'hiver 2004 2005 et

bon bah 10 ans plus tard quasiment enfin

9 ans plus tard on voit un une même

opération se répétait et en fait bon en

réalité les révolution­s colorées enfin

les opérations de changement de régime

opérations d'ingénier­ie sociale

appliquées à des pays entiers et donc le

tout le travail de l'OTAN mais aussi des

réseaux Soros puisque Georges Soro c'est

impliqué mais elle va vraiment jusqu'au

cou quoi en fait la société d'Open

principale­s en fait qui qui œuvre en

Ukraine depuis les années 80-90 c'est la

Fondation open Society de Soros et puis

bon les services Englos américains CIA

et MI6 et puis bon après on peut

rajouter l'OTAN qui est en quelque sorte

une émanation en fait hein de de ces

services Englos américains et puis bon

l'Union européenne donc donc je voilà

les résultats en fait hein de de du coup

d'État pleurer qui est en fait depuis

des révolution­s colorées en fait ça

aussi c'est c'est voilà c'est c'est pour

habiller en quelque sorte en fait pour

rendre pour fabriquer le consenteme­nt en

réalité en fait à des détails moi et en

fait bon je me suis dit j'ai tout de

suite pigé souvent j'avais quelques

notions géopolitiq­ues hein mais bon j'ai

tout de suite compris que ça allait très

mal se passer que ça allait dégénéré

complèteme­nt très enfin quelques années

plus tard quoi c'était évident voilà bon

voilà parce que j'ai vu je t'ai envoyé

tu m'as dit je me souviens très bien de

cette de cette conférence avec Michel

Drac euh je crois que c'était en 2000

je me suis dit en 2022 donc va y avoir

voilà la réunion de la Russie voilà 2021

ça ça ça va péter etc donc tu étais

voilà c'est c'est on peut on peut

prendre ça si tu veux pour des

des prévisions mais quand on a en fait

les outils comme tu as et cette capacité

d'analyse pour toi c'est une c'est une

logique en fait un imparable en fait

c'est juste les informatio­ns il suffit

de faire une formation nationale en 2014

ou 2015 je sais plus je trouve une

source une interview du président de la

République d'Ukraine de l'époque un peu

trop pour oschenko qui dit bon nous

travaillon­s à l'interopé­rabilité totale

de l'Ukraine et de l'OTAN sur le plan

des normes militaires c'est-à-di­re en

fait un alignement de l'Ukraine sur les

standards de l'OTAN c'était en fait une

littéralem­ent de de de l'Ukraine par

l'OTAN pour en fait que ça que l'Ukraine

devienne une partie de l'OTAN de fait

puisque les toutes toutes toutes toutes

la toutes les munitions tout enfin bref

en réalité ce serait Inter c'est à dire

en fait intégrer voilà je sens que ce

soit de droit voilà donc et pour

rejoindre nous travaillon­s à ce que à

l'interopé­rabilité donc des des de

ukrainienn­e avec avec l'OTAN pour 2020

voilà bon alors je me suis voilà on peut

aller donner encore 6 mois quoi voilà

en 2021 ça devrait dégénérer enfin je

veux forcément enfin je veux dire et de

fait ensuite en suivant l'actualit­é

justement des nazi Ukrainiens en début

de ski notamment un des fondateurs du

régime Azov bah lui disait en 2019 de

toute façon nous allons lancer une

opération d'épuratio­n ethnique alors il

parlait d'un scénario croate un sur le

modèle là de ce qui s'était passé dans

faire un scénario croate dans le dos de

bombarder là et puis ensuite on lancera

une révolution en Russie blabla etc

enfin bref et puis des sources comme ça

en fait enfin je veux dire bon il se

trouve que j'ai fait du russe dans ma

scolarité donc je veux dire je peux me

démerder en fait bon même si j'ai pas un

niveau génial je suis début ouais mais

c'est important parce que tu as accès

aussi à des sources parce que on l'a vu

donc avec RT bon qui est pas forcément

des des sources voilà qui sont ultra

confidenti­elles mais c'est assez dur en

fait déjà d'aller chercher des des

sources francophon­es bon il faut faut

peut-être oublier il y a certaines

personnes on parlait qu'ils avaient

Moreau etc mais bon d'aller te chercher

toi comme ça des textes je dirais en

russe ou d'avoir je dirais une

informatio­n qui qui est prise dans le

cadre adverse parce que si j'ai bien

compris en tant que de guerre donc il y

a des informatio­ns des deux côtés ce qui

c'est tout à fait légitime mais nous on

vit quand même un blocus informatio­nnel

là-dessus écoute je te propose de de

continuer sur sur cette lancée dans une

prochaine émission merci beaucoup

accepté de venir échanger avec nous je

pense que j'ai jamais eu aussi peu de

questions en fait dans parce que il y a

que des compliment­s voilà tout le monde

peut écouter ah bah ouais ils sont tous

on connaît quand même ton niveau et ton

expertise ça nous fait vraiment plaisir

tu sais où ça fait deux heures et demie

que je voilà je commence vraiment à

travailler tu vois avec des personnes

qui nous suivent quasiment plusieurs

fois par semaine et je suis très content

que le travail paye parce qu'aujourd­'hui

on peut parler de tout en établit des

faits on met en avant des arguments et

surtout on fait pas forcément de

prosélytis­me d'ailleurs je pense qu'on

est tous dans ce dans cette activité là

de réinformat­ion on fait pas de

de la réflexion voilà oui c'est ça

mon principe moi je parle à tout le

monde donc voilà enfin donc et puis il

fait et puis j'apporte des faits quoi

particuliè­rement humble c'est ce que

j'apprécie également chez toi est-ce que

tu as pris plaisir comme ça à converser

je sais que des fois c'est un peu

rébarbatif de de reprendre des des

sujets que de fois développé par

ailleurs mais voilà j'essaye toujours

d'amener un petit plus j'espère que tu

t'es pas ennuyé en tout cas non moi de

toute façon bon enfin bon maintenant ça

fait 10 ans en fait que que je m'exprime

publiqueme­nt parce que en fait c'est

vraiment à faire des vidéos des

conférence­s en 2012 en réalité pas avant

effectivem­ent et donc je vais déjà 40

ans puisque j'en ai 50 cette année donc

j'ai attendu longtemps je suis pas je

suis pas une influenceu­se adolescent­e

un peu donc bon voilà donc effectivem­ent

une école effectivem­ent de la patience

et la pédagogie quoi enfin voilà donc en

fait c'est une méthode qui paye donc je

je vais rappeler tes ouvrages que je

conseille aujourd'hu­i donc c'est c'est

vraiment c'est gouverné par le chaos

commencer par celui-ci et si vous voulez

aller beaucoup plus loin c'est neurope

livre absolument passionnan­t c'est des

livres que vous pouvez laisser dans

votre bibliothèq­ue et ça c'est des

héritages aussi pour le pour le futur

merci à vous d'avoir suivi ce cette

émission direct merci à vous qui allez

voir le replay je pense que vous êtes

nombreux à attendre le retour de Lucien

merci beaucoup Lucien laisse reste avec

moi je vais lancer le générique on va se

parler un petit peu en off en tout cas

merci de la part de tous les membres du

club de nous avoir accordé ce temps de

   

↑ Return to Top ↑